tirage à 3 cartes et plus si besoin !

Réécrire un souvenir pénible

Trouvé chez Benebell Wen qui l’emprunte elle-même à Jaymi Elford, dans son livre, Tarot Inspired Life, un tirage « réparateur » testé ce matin. La blogueuse/tarologue/Ecrivaine/ astrologue … émet tout un tas de réserves et de précautions à prendre si on n’est pas prêt-e pour effectuer ce type de tirage, mouaif.
Chacun étant maître de ses choix, chacun fera ce qu’il voudra.
Elle prévient également son auditoire (c’est en vidéo) qu’il a tout à fait le droit de ne pas adhérer aux deux passages « rituels » qu’elle ajoute au tirage, sortes de méditations avec mantras veillant à asseoir le message délivré par les cartes.
Je fais partie de ceux et celles qui n’adhèrent pas, mais alors pas du tout à ces mises en scènes qu’elle qualifie de « new age »… Le principe m’évoque un peu ce que j’ai pu lire des rituels de guérison à la Jodo. Il est courant – sans les tralalas- lors de thérapies psy, ça passe notamment par le transfert sur le/la thérapeuthe et le processus est plus long. Ici, c’est la mise en scène qui m’agace singulièrement. Pas du tout mon truc tout ça.
Encore une fois, chacun prend ce qui lui apporte quelque chose.
Bref, voici la structure du tirage, avec formulations adaptées à ma sauce, comme d’hab.

Je l’ai donc testé ce matin, pas mal. J’aime bien l’idée du choix pour la dernière carte – il m’en a fallu 4 pour réécrire un scénario acceptable… Ça permet de faire un tour synthétique du problème.
Je me suis demandé s’il ne manquerait pas une carte tirée au hasard pour faire sortir quelque chose qui résiste concernant la réécriture laquelle reste très maîtrisée finalement. Comme par enchantement (ironie ironie), le paquet restant, retourné, me montrait une carte particulièrement intéressante que j’ai donc intégrée au tirage. La voici pour colorer cet article et parce que je la trouve particulièrement jolie !